Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les images sur les réseaux sociaux comme incitation à l’immigration clandestine

Publié le par Diakite Ibrahima Kalil

Les images sur les réseaux sociaux comme incitation à l’immigration clandestine

J’avais déjà parlé de cette immigration sous un autre angle, mais cette fois-ci ça va tout droit sur la responsabilité indirecte de la diaspora africaine (moi y compris) que, je vais déballer sans tergiverser (désolé je vais révéler quelques uns de nos petits secrets, juste un peu).

La misère et ses agrégats sont sans doute la cause du déplacement massif de la couche juvénile africaine vers l’Europe à travers la mer en passant par le désert.

Un jeune décide de quitter le continent par les voies et moyens déplorables parce qu’il veut gagner son pain et aider sa famille à sortir de ce que chacun de nous connait sans doute, c’est vrai que c’est çà la raison. Mais c’est quoi le stimulant et l’attraction pour ce voyage? Qu’est ce qui peut donner autant de détermination et d'envie à quelqu’un de foncer consciemment droit dans le couloir du suicide, si ce n’est quelque chose de paradisiaque ? C’est à cette question que je vais tenter de répondre dans ce billet.

Un immigrant repêché des eaux de la méditerranée par la police espagnol ou italienne, sorti d’un camp se retrouve dans un quelconque pays du Schengen, prend différents jobs en même temps pour gagner le maximum de miettes. Ce négro qui vit du fruit de ces jobs immondes ou de pensions mensuelles d’une association d’action sociale s’achète des fringues et essaie d’intégrer le monde occidental qu’il en rêvait tant. Le soir après avoir encaissé des coups de muscle inimaginables au boulot, il se fait shooter en photo sur les lieux publics aux paysages sublimes et en balance sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) après avoir fait travailler les filtres enjoliveurs des Smartphones (Iphone , Galaxy S, Sony...) afin d’attirer l’attention du maximum de personnes sur sa pseudo-vie au paradis qu’on croit sur terre.

Les pros du jeu

Cela dit, il n’y a pas que les immigrants clandestins qui jouent à ce jeu de double vie. Il y a les maîtres de la double face qui font beaucoup plus de victimes sur le net « les étudiants » et ceux-ci se la jouent pro :D . Tout le monde sait peu ou prou à quoi ressemble la vie estudiantine quelque soit le pays. C’est donc pas la peine de rentrer dans des détails (On a d’autres petits secrets à nous :D). Malgré ça, c’est nous qui jouons les bourgeois sur les réseaux sociaux et voilà comment ça se passe :

Techniques qui nécessitent du sou

Après avoir reçu la bourse d’entretien, certains louent les bagnoles pour faire le tour (piscine, plage...), d’autres partent dans des restos ou night-club et après balancent des photos et vidéos sur notre monde virtuel (Réseaux sociaux) histoire de se faire mousser comme le dit les ivoiriens.

Techniques ne nécessitant pas d’argent

C’est à bord d’un taxi que d’aucuns se prennent en Selfie puisque ce n’est pas écris à l’intérieur Taxi. Les balcons et les terrasses aussi servent aux selfies avec des immeubles de luxe à l’arrière plan. J’ai gardé le meilleur scoop pour la fin : d’autres font des approches aux filles blanches à la fac pour les selfies (En classe ou à la sortie) ensuite il y en a qui partent dans les boutiques d’habillements pas pour faire du shopping mais pour des essaies et profitent pour faire quelques photos à balancer la nuit quand tout le monde sera online.

Derrière toutes ces photos le message intentionnel imprimé est : « C’est la belle vie ici ».

Cela va s’en dire que les fausses images que nous montrons aux ami(e)s du pays (bien d’autres soient vraie) sont de véritables incitations pour eux de quitter sans savoir la face caché ou la vraie conjoncture des différents pays, ils croient juste aux images. Même le Maroc tout près vaut paradis pour beaucoup à plus forte raison l’occident.

Nos images qui font croire que tout va bien par là et la croyance aveugle de nos frères du pays pèsent beaucoup dans l’immigration et ça fait beaucoup de victimes aujourd’hui parce que beaucoup se retrouvent mendiants, SDF dans les rue de Casa, Tanger, Oujda, Paris, Bruxelles, Rome, Barcelone... sans moyen de retour. Et d’autres meurent dans le désert, sur le long de l’océan en essayant de rallier l’Europe tout simplement parce qu’ils ont vu les photos des amis qui sont partis.

Je ne dirai pas d’arrêter de poster des photos sur les réseaux sociaux, car c’est impossible. D’ailleurs tel n’est pas le but de ce billet, le but consiste à ouvrir les yeux des frères du pays sur la fausseté des images qui les incitent au tant à abandonner les études, les métiers… pour se rendre à l’autre coin de la méditerranée (Europe). Même s’il y en a bien qui s’en sortent et mènent une belle vie comme ils l’exposent cela ne doit piquer une folle envie en nous de les rejoindre par la voie clandestine.

Commenter cet article